La Page Orange

Forum sur Tokio Hotel
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Fic E.C] Et si tout cela devenait vrai ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Emilie Weasley
Humanoid
avatar

Féminin
Nombre de messages : 33054
Age : 30
Ma localisation : Suburbia
Date d'inscription : 16/09/2007

MessageSujet: [Fic E.C] Et si tout cela devenait vrai ?   29/07/10, 05:44 pm

J'inaugure par une fanfic et non pas un OS lol toujours basé sur Harry Potter
J'espère que ça vous plaira

----------------------------------------------------------

Chapitre 1 : Mauvaise soirée

Une demoiselle rentre du collège. Elle dépose son dans sa chambre et file dans le cuisine pour pouvoir prendre un goûté. Lorsqu'elle a tout ce qu'il lui faut, elle se jette alors sur le canapé du salon et allume sa télé. Bien évidemment elle ne peut s'empêcher de mettre son film préféré qui n'est d'autre qu'un film rempli de magie et de sorciers. Elle en profite en même temps pour faire sa tartine de nutella.


« - Qu'est-ce qu'il peut m'énerver celui-là », venait-elle de penser à haute-voix.

Elle commença à grignoter et soupira à chaque fois qu'il y avait quelque chose qui ne lui plaisait pas dans ce film. Parfois des personnes l'exaspérait et si elle s'y trouvait dedans elle leur ferait passer un sale quart d'heure. Le téléphone sonne, elle décroche.

Alicia : Allô oui j'écoute...
... : Al' c'est Séverine !
Alicia : Eh ça va bien ?
Séverine : Oui ! Et toi ?
Alicia : Oui ! Tu sais qu'on c'est quitté il ya seulement à peine 30 minutes lol ?
Séverine : Oui je sais ! Mais s'était pour savoir si tu étais bien rentrée.
Alicia : Eh bien comme tu le vois oui !
Séverine : Je suppose que tu fais ta pause habituelle avant de de faires tes devoirs ?
Alicia : Oui, oui c'est bien cela !
Séverine : Alors je vais te laisser.


Elle entend soudain la porte d'entrer claquer. Elle grimace légèrement.

Alicia : Je dois raccrocher mes parents rentrent.
Séverine : Ok ! On se voit demain !
Alicia : Ouaip !
Séverine : Tu veux qu'on se rejoigne ?
Alicia : Si tu veux ! A quelle heure ?
Séverine : 8h à l'église sa te va ?
Alicia : Ca me va ! A demain alors !
Séverine : A demain.


Elle raccroche et dépose le téléphone. Sa mère rentre la première dans le salon et pose ces affaires à côté de la porte d'entrée. Elle souffle de soulagement. Son père fait la même chose quelques instants plus tard.

Alicia : Bonjour pa', bonjour m'man !
Les parents : Bonjour !
Elle éteint la télévision et termine le dernier bout de sa tartine.
Sa mère : Tu as des devoirs à faire il me semble non ?
Alicia : Oui je partais les faire justement !


Sur ces mots, elle prit la direction de sa chambre sous le regard froid de son père ce qu'elle sentit bien évidemment. Elle préféra se contenter de se taire. Une fois dans sa chambre, elle se posa sur son bureau en ayant pris son cartable et elle déballa toutes ces fournitures scolaires. Elle regarda dans son agenda toute la liste de devoir qu'elle avait à faire pour la semaine et elle les fit un par un. Mais il fallait à tout pris avant de commencer en revanche qu'elle les fasse avec un fond sonore. Et ce ne fut qu'en mettant son film préféré dans sa chambre qu'elle allait pouvoir les faire tranquillement. Elle pouvait émerger totalement dans le monde du travaille malgré qu'elle n'aime pas faire les devoirs.

...

Elle était bien partie dans ces devoirs quand quelqu'un frappe à la porte de sa chambre. La jeune fille ne s'attendait pas à ce qu'on la dérange à peine 30 minutes plus tard. Elle grogne légèrement à cause du fait qu'on la dérange.

Alicia : ENTREZ !

La porte s'ouvre et la personne rentre. Elle se retourne pour voir qui ose donc la déranger en pleins travaille. C'est sa mère qui est là. Pourquoi vient-elle donc la déranger cette fois-ci ? Il n'y a donc pas moyen de rester tranquille même quand on fait quelque chose de sérieux pour une fois ?

Alicia : Qu'est-ce qu'il y a maman ?
Sa mère : Tu étais avec qui au téléphone ?
Alicia : Avec Séverine !
Sa mère : C'est elle qui a appelé ?
Alicia : Oui c'est elle qui m'a appelé ! Pourquoi ?
Sa mère : Parce que tu sais très bien que le téléphone ça coûte cher !
Alicia : D'un je le sais ! De deux c'est elle qui m'a appelé ! Et de trois on est à peine resté 5 minutes tous les deux au téléphone.
Sa mère : Tu me parles sur un autre ton s'il te plait Alicia !
Alicia : Je te parle normalement. C'est toi qui le prend pas mal.
Sa mère : Si tu le dis... nous règlerons ça avec ton père tout à l'heure pendant le diner.
Alicia : Moui...
Sa mère : Et quand tu fais tes devoirs fait-les sans ta télévision.


Quand la porte claque, Alicia fait alors une belle grimace en guise de réponse pendant qu'elle a le dos tourner.


« Alicia : FFFF qu'est-ce qu'ils sont énervants parfois les parents ! », pensa-t-elle.

Elle n'aimait pas qu'on la dérange pour ça, surtout que ça faisait 5 ans déjà que s'était ainsi avec son amie donc ils savaient très bien comment cela se passait quand elles étaient au téléphone avec elle, s'était toujours Séverine qui l'appelait et elles ne restaient jamais très longtemps au téléphone toutes les deux puisqu'elles se voyaient pendant toute une journée déjà. Donc du coup le prix du téléphone diminuait même si elles avaient toujours quelque chose à se dire. Enfin, sur ce, elle se remit au travaille, elle avait encore le plus dur à faire, les mathématiques, les sciences-physiques et elle gardait le meilleur pour la fin le dessin.

...

Maintenant elle entamait le plus dur. Les deux matière qu'elle détestait le plus au monde à l'école. Il fallait tout de même que la demoiselle les fasse. Elle s'arma alors de courage pour pouvoir les terminer assez rapidement. Enfin du moins elle espérait simplement comprendre tous les exercices. Mais une voix s'éleva d'en bas :

... : ALICIA A TABLE !
Alicia : Eh mince, je peux jamais finir tout ça sans qu'on m'appelle, c'est pas vrai !


Elle referma son stylo plume et craqua ses doigts d'un air déterminé. Elle finira tout ça après une bonne petite collation. Une petite pause ne sera surement pas de refus. Elle laissa alors toutes ces affaires ainsi pour ne pas perdre le fil en revenant après le diner puis elle descendit rejoindre ses parents. Une délicieuse odeur lui vint alors jusqu'à elle. Lorsqu'elle se trouva devant l'entrée de la cuisine, elle alla s'asseoir à sa place, celle-ci se trouvait juste en face de ses parents. Leurs têtes se posèrent vers elle.

Alicia : Je suis là !

Elle s'assoit et regarde ce qu'il y a de beau à diner. Pleins de bonnes choses comme toujours. Une bonne salade croustillante en entrée, des côtes de porcs grillés à point comme il le faut avec un assaisonnement adéquate accompagné de pommes de terres sautés. Et le dessert est surement dans le four mais avec toutes ces odeurs mélanger elle n'arrive pas à savoir ce que sa mère leur a préparé. Sa mère lui sert alors l'entrée pendant que son père lit le journal et le pose une fois qu'il soit servit à son tour.

Alicia : Bon appétit à tous !
Les deux : A toi aussi.


Pendant qu'ils dinent, le père d'Alicia parle de sa journée u travaille. Il leur explique qu'il a eu au moins à faire à une équipe qui ne voulait pas du tout travailler, qui préférait passer son temps à prendre une pause dans le dos du patron et du coup il avait du les remotiver un peu pour les faire bosser. Quelques minutes plus tard, ils passèrent au plat de résistance. Lorsque la femme de la maison sert tout le monde, le père regarde sa fille d'un air sérieux.
Son père : Alicia il faut qu'on parle.

Elle tourna alors la tête vers lui. Elle n'aimait pas le fait qu'il lui dise ça, ça ne sonnait jamais très bon généralement et de plus vu le regard qu'il lui lançait ça confirmait le ton de la discussion qu'il allait y avoir.
Alicia : Je t'écoute !
Son père : Bien. Déjà tu devrais arrêter de parler agressivement à ta mère.
Alicia : Je ne lui parle pas en mal. C'est elle qui le prend comme ça !
Son père : Ok ! Ensuite, le téléphone c'est pas msn hein.
Alicia : Je sais ! Comme je l'ai dis à moment, ça fait 5 ans que c'est toujours Séverine qui m'appelle et on ne reste jamais plus de 10mn et vous le savez.
Son père : Tu devrais aussi arrêter de faire tes devoir en écoutant la musique ou regardant la tv.
Alicia : A vous entendre je ne peux plus rien faire à part être quelqu'un de sérieux et je ne veux pas vous ressembler de ce côté là !
Son père : Soit, tu dois aussi arrêter avec ce film, là, Harry Trotter ?
Alicia : Harry Potter papa !
Son père : Bref... ça n'est plus de ton âge. Il y a autre chose que ça.
Alicia : Alors-là, désolée, mais vous me demandez de faire quelque chose d'impossible là. Pendant plus de 10 ans je n'ai jamais lu un livre à part ceux de l'école, et encore, et là vous me demandez d'arrêter ce qui me fait lire ? Je vous rappelle que c'est là seule chose qui me motive à lire.
Son père : Essaie de lire dans un autre niveau.
Alicia : Non !
Son père : Dans tous les cas tu devras arrêter tout ça.
Alicia : Eh bien je m'en fou, même si les gens me prendrons pour une gamine avec ça j'assume que ça vous plaise ou non point final. Sujet clos.


Sur ces mots, elle termina son plat et se précipita dans sa chambre sans dire au revoir à ses parents ou sans finir le diner. De toute façon cette conversation lui avait coupé sa faim. Quand elle fut de nouveau dans sa chambre, elle regarda son bureau tous ces cahiers ouvert, elle n'avait même plus la motivation de continuer à faire ses devoirs, heureusement qu'elle avait fait tous ceux qui devaient être pour le lendemain. Elle se contente donc de se mettre en pyjama et de préparer ses affaires pour le lendemain. Une fois prête, sans plus attendre elle se coucha dans son lit bien douillet. Elle regarda son réveille. Son réveille affichait 20h30. S'était peut-être tôt pour se coucher, mais au moins elle sera en forme ça c'est sur. Elle alluma à nouveau sa télévision pour mettre son film, elle préfère s'endormir sous cette douce musique que sur ce qu'elle a entendu quelques minutes plus tôt ce qui lui aurait fait travailler le cerveau toute la nuit et ce n'est qu'au bout d'une heure que ces paupières se fermèrent.

FIN DU CHAPITRE 1

Revenir en haut Aller en bas
x-elodiie-x
Fan kraft 483
avatar

Féminin
Nombre de messages : 507
Age : 13
Ma localisation : Wonderland
Date d'inscription : 02/01/2008

MessageSujet: Re: [Fic E.C] Et si tout cela devenait vrai ?   29/07/10, 11:01 pm

Ca fait lontemps que j'avais plus lu une de tes histoires & je dois dire que sa m'avais manqué !
Non franchement, cette histoire promet & moi je réclame une suite Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Emilie Weasley
Humanoid
avatar

Féminin
Nombre de messages : 33054
Age : 30
Ma localisation : Suburbia
Date d'inscription : 16/09/2007

MessageSujet: Re: [Fic E.C] Et si tout cela devenait vrai ?   29/07/10, 11:04 pm

Bienvenuuuuuuuuuuuuuuue ou bon retour héhé
J'ai 8 chapitres à poster
Donc on va y aller molo lol
Revenir en haut Aller en bas
x-elodiie-x
Fan kraft 483
avatar

Féminin
Nombre de messages : 507
Age : 13
Ma localisation : Wonderland
Date d'inscription : 02/01/2008

MessageSujet: Re: [Fic E.C] Et si tout cela devenait vrai ?   29/07/10, 11:07 pm

Merciiiiiii :gd-sourir:
T'inquiète pas, je patientrais lol !
Revenir en haut Aller en bas
Emilie Weasley
Humanoid
avatar

Féminin
Nombre de messages : 33054
Age : 30
Ma localisation : Suburbia
Date d'inscription : 16/09/2007

MessageSujet: Re: [Fic E.C] Et si tout cela devenait vrai ?   30/07/10, 01:49 am

Je poste le chap 2 tout à l'heure Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
*Ondine*
Ich Bin Da
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2021
Age : 30
Ma localisation : Où le rêve devient réalité
Date d'inscription : 23/07/2007

MessageSujet: Re: [Fic E.C] Et si tout cela devenait vrai ?   30/07/10, 09:37 am

J'aime cette nouvelle fiction!!je coirs que ça va donner comme tes précédentes qui ne m'ont jamais déçu!!

Suite stp
Revenir en haut Aller en bas
http://pinket59@hotmail.com
x-elodiie-x
Fan kraft 483
avatar

Féminin
Nombre de messages : 507
Age : 13
Ma localisation : Wonderland
Date d'inscription : 02/01/2008

MessageSujet: Re: [Fic E.C] Et si tout cela devenait vrai ?   01/08/10, 07:51 pm

Toujours pas de suite emmy ? Sad
Revenir en haut Aller en bas
Emilie Weasley
Humanoid
avatar

Féminin
Nombre de messages : 33054
Age : 30
Ma localisation : Suburbia
Date d'inscription : 16/09/2007

MessageSujet: Re: [Fic E.C] Et si tout cela devenait vrai ?   08/08/10, 02:38 pm

Chapitre 2 : Du rêve à la réalité

Le réveil sonne, elle grogne, elle aurait tellement voulu dormir plus, elle a l'impression d'avoir seulement dormi que quelques heures et pas le cadran du réveille. Il indique d'ailleurs 8h30. Elle se réveille en sursaut. Elle constate qu'elle est en retard pour aller en cours, sachant qu'elle devait se trouver à 8h devant l'église pour aller au collège avec son amie. Et à cette heure-ci elle devait être en cours de français. Elle était trop dégoutée, ses parents allaient sûrement la gronder encore une fois parce qu'elle est en retard.

Alicia : Qu'elle poisse !

Elle se leva et se prépara en vitesse, elle n'eut à peine le temps de se brosser les deux et les cheveux que quelque minutes plus tard elle se mettait à dévaler les escaliers de la maison. Mais alors qu'elle courait vers la porte d'entrée pour sortir et aller en direction de l'école, c'est un grand fracas qui se fit entendre dans toute la maison et deux énormes cris de douleurs.

Alicia : Mais qu'est-ce que...

... : Si tu n'avais pas couru tu ne m'aurais rentré dedans et on ne serait jamais tombé tous les deux si douloureusement.

Alicia se frotta la tête et s'étira quelques secondes. Elle n'était pas totalement réveillée non plus donc il est normal qu'elle ne voir pas tout ce qu'il passe sur son chemin, de plus, elle était déjà assez en retard comme ça.

Alicia : Pardon pa' ! Je t'avais pas vu !

Elle frotta à nouveau une dernière fois la tête et se releva. Elle n'avait pas lâché le sol une seule fois des yeux depuis qu'elle est tombée.

... : Pa' ? Ça veut dire quoi ça ?
Alicia : Ça veut dire papa !
... : Désolé mais je ne suis pas votre père.

Surprise par ce qu'elle vient d'entendre, ces yeux se levèrent enfin du sol et se tournèrent vers la personne qui venait de lui adresser cette phrase. À ce moment-là, son cœur s'arrêta de battre et son sang ne fit qu'un tour. Elle était à la limite de l'arrêt cardiaque. Sa bouche était grande ouverte, ses yeux écarquillés au maximum. Elle devenait folle, oui, elle était bonne pour aller se faire enfermer à Sainte Mangouste à son tour si ça existait dans son monde. Elle souhait parler, mais aucun mots ne sortaient, elle était tellement en panique totale. La personne se trouvant en face d'elle se leva et lui tendit la main. Mais par réflexe, Alicia se mit à reculer et se leva toute seule à quelques mètres de la personne qui souhaitait simplement l'aider à se relever après cette chute.

... : N'ayez pas peur. Je ne vais pas vous manger !

L'inconnu tente de lui serrer la main amicalement cette fois qu'elle est levé, mais prise de panique, elle se retourne et une autre personne se retrouve devant elle et la bloque dans sa fuite. Elle la dévisage attentivement et regarde autour d'elle. Trop bousculé par tant de choses en quelques minutes, elle se sent faible et s'écroule sur le sol.

...

... : Je savais pas qu'on faisait au temps d'effet sur les filles !
... : Fred ! Elle a juste été surprise.
Fred : Fff vous êtes pas marrants !

Son corps se met à bouger.

... : Chut elle se réveille !

Elle marmonne. Elle gigote dans tous les sens. Ses yeux s'ouvrent petit à petit. Elle voit flou du au choc. Elle ferme et ré-ouvre les yeux jusqu'à ce que sa vue revienne à la normale. Elle se redressa à une vitesse incroyable.

Fred : Maman je te l'avais dis que je lui faisais de l'effet !
... : Tu lui fais plus peur qu'autre chose Fred.
... : Arthur dit-lui.
Arthur : Molly a raison.

Tous ces noms la perturbait, elle les regarda avant de se lever et de se mettre à courir vers les escaliers tout en poussant celui qui est nommé Fred. Le passage libre, elle accoure vers sa chambre et s'y enferme à double tour. Fred regarda les autres.

Molly : Fred va la voir.
Fred : Pourquoi moi ?
Molly : Tu veux plutôt que ça soit ta sœur qui aille la voir ?
Fred : Non, non je vais y aller !

Il alla donc la rejoindre.

...

Une fois qui fut devant la porte de la chambre d'Alicia, il frappa en espérant qu'elle réponde. Mais quelques secondes, toujours rien. Il retente. Encore une fois rien.

Fred : Maman, elle ne veut pas répondre !
Molly : ECOUTE ESSAIE ENCORE !
Fred : Fffff Ok !

Il retenta encore une fois, mais rien.

Fred : Tu sais, on ne te veux aucun mal. Ouvre-moi s'il te plaît.

Un silence s'installe à nouveau à la fin de sa phrase. Mais le son du verrou de la porte s'entendit. Il pose alors une main sur la poignet et la tourne vers la droite. Arrivé au bout, la porte s'ouvre dans un crissement de vieux bois séché. Il entre la tête dans l'entrebâillement et remarque qu'elle est assise sur son lit, en train de pleurer. Il ferme la porte doucement derrière-lui. Il se rapproche d'elle progressivement et remarque qu'elle ne s'enfuit pas. Une fois qu'il est proche d'elle, il s'assoit sur son lit. Celle-ci relève la tête vers lui les larmes aux yeux.

Alicia : Dit-moi que je suis en train de rêver !
Fred : Tu ne rêves pas.
Alicia : Comment est-ce possible ?
Fred : Je n'en sais pas plus que toi ! Tout ce que je sais c'est que nous savions que tu allais venir !
Alicia : Qui vous l'a dit ?
Fred : Je ne sais pas si je dois tout t'expliquer, je pense que tu sauras en temps et en heure avec la personne qui te faudra pour ça. Je ne suis pas assez bien placé pour t'en parler.
Alicia : Ton père peut m'expliquer alors !
Fred : Il n'en sait pas plus que nous aussi. Pourquoi étais-tu dans cet état tout à l'heure ?
Alicia : J'étais paniquée ! Normal non ? Tu te réveilles et tu vois que tu n'es plus chez toi mais dans un autre monde.

Fred : Oui je comprends. Mais tu sais on ne manque personne.
Alicia : Je le sais ! Excuse-moi ! Mais c'est tellement irréel pour moi.

Il se met à la pincer et elle pousse un « AÏE », étonnée de voir que celui-ci la pince, mais que finalement elle ne rêve pas.

Alicia : Pourquoi tu m'as pincé ?
Fred : Pour te montrer que tu ne rêves pas et que tu es bien chez les Weasley !
Alicia : Chez les Weasley ? J'aurais pas pu tomber pire.
Fred : Merci pour nous !
Alicia : Non ne le prend pas mal. J'aurais pu tomber sur une autre personne malveillante.
Fred : Ah bon ça va alors. Allez descend. Ils vont commencer à s'inquiéter sinon.

...

Une fois les marches descendu, il ne fut pas très longtemps pour atterrir dans le salon. Ils étaient tous là en réunion à table. Elle se senti gênée quand tous les regards se posèrent sur elle. Elle les dévisagea un par un. Ils étaient tous aussi roux qu'elle ne les imaginait, tous très grands aussi, la maison pareille, elle était comme dans les films et dans les livres s'était incroyable. Tous les détails y étaient. Elle constate alors en faisant le tour de la maison d'un regard que deux places étaient vides.

Arthur : Assez-vous !

Ils ne se firent pas prier et ils obéirent immédiatement. Alicia s'installa confortablement. Tous ne la lâchèrent pas des yeux. Ça l'a mettait mal à l'aise de plus en plus.

Arthur : Bien, tout d'abord bienvenu Alicia.
Alicia : Merci. Désolée également pour le comportement que j'ai eu tout à l'heure.
Molly : Ne t'en fais pas nous savions que tu étais prise de panique.
Arthur : Nous savons également que tu te poses beaucoup de questions. Mais nous ne somme pas en mesure de te répondre.
Alicia : Votre fils m'a expliqué. Je suppose que c'est Dumbledore qui m'expliquera tout ?

Elle ne les regardait pas quand elle parlait, ces yeux faisaient le tour de la maison encore une fois. C'était tellement imaginaire. En revanche Fred, Georges, Ginny et Ron furent surpris du fait qu'elle prononce le nom de leur directeur.

Fred : Papa, comment le sait-elle pour Dumbledore ?
Alicia : J'en sais bien que vous ne le pensez vous savez.
Georges : Comment ça se fait ?
Arthur : Je ne sais pas ! Mais il est clair qu'elle doit en savoir beaucoup.

En repensant à ce qu'elle vient de dire, elle esquissa un petit sourire. Oh que oui elle en sait beaucoup de choses sur leur monde en reprenant petit à petit ses esprits. Ça veut dire beaucoup pour elle.

Arthur : Bien, ce que nous allons faire donc, c'est aller au Chemin de Traverse ! C'est là que nous allons...
Alicia : Acheter les fournitures scolaires. Mais je n'ai pas de monnaies de chez vous moi !
Arthur : Ne vous en faites pas, on a tout prévu !

Il a voulu dire quoi en disant « on a tout prévu ? » pensa-t-elle. Elle regarda alors toute la famille un par un. Arthur faisait un large sourire. Molly n'était pas très convaincu de la réponse de son mari. Les enfants ne disaient rien. Elle venait aussi seulement de remarquer que maintenant qu'il manquait un Weasley. Tous n'étaient pas présents.

Alicia : Il manque quelqu'un non ou c'est moi qui délire ?
Arthur : Il manque Percy. Où est-il d'ailleurs ?
Fred : Dans sa chambre.
Molly : Ginny va le chercher !
Ginny : Pourquoi moi ? C'est toujours moi qui va le chercher quand il n'est pas là !
Arthur : Ne discute pas quand ta mère demande quelque chose !

Elle se lève et monte donc les escaliers pour aller chercher le frère qui manquait à table.

Arthur : On attend Percy et on y va dès maintenant !
Molly : Alicia veut peut-être manger quelque chose non ?
Alicia : Non merci je n'ai pas très faim ! J'ai mangé il n'y a pas très longtemps dans mon monde.
Molly : Sûr que tu ne veux rien ?
Alicia : Oui, oui !

Elle n'insista pas. Percy et Ginny arrivèrent peut de temps après et Arthur se leva. Tout le monde suivit le même geste et ils mirent leurs capes. Bien évidemment, elle n'avait pas la sienne encore, elle allait se ridiculiser. Elle regarda Molly et celle-ci lui fait un sourire.

Molly : Il y a une cape pour toi poser sur le dos de ta chaise dans ta chambre.

Elle fit alors un large sourire et elle accourt dans sa chambre pour aller la chercher. Elle l'enfila et s'admira dans le miroir. Ça lui va comme un gant. Elle remet en place quelques mèches de cheveux pour être tout de même présentable lorsqu'elle se retrouvera devant des gens qu'elle ne connait pas et elle ajusta sa cape une dernière fois avant de rejoindre tout le monde. Tous la regardèrent en souriant.
Alicia : Merci beaucoup.
Molly : De rien !
Arthur : Bon, comme tout le monde est près on peut y aller.
Ron : Mais elle ne sait pas se servir de la poudre de cheminette !
Alicia : Si, si !
Arthur : Tu en es sûr ?
Alicia : Oui !
Arthur : Bon c'est réglé ! Alors vas-y en premier Ron.

Il se place s'en attendre dans le grande cheminée en pierre et prend une pincée de poudre de cheminette avant de prononcer « Chemin de Traverse » distinctement et il disparaît dans un nuage de fumée violâtre. Alicia regarda avec de grands yeux, s'était impressionnant de voir tout cela en vrai.

Arthur : Alicia à toi donc.

Elle fit un signe positif de la tête en guise de réponse et elle se mit à la place où se trouvait Ron. Elle dévisagea tout le monde en prenant une grosse pincée de poudre. Elle prit une grande inspiration et prononça clairement à son tour le lieu où elle devait se diriger. Puis elle disparu à son tour.
Revenir en haut Aller en bas
x-elodiie-x
Fan kraft 483
avatar

Féminin
Nombre de messages : 507
Age : 13
Ma localisation : Wonderland
Date d'inscription : 02/01/2008

MessageSujet: Re: [Fic E.C] Et si tout cela devenait vrai ?   09/08/10, 06:21 pm

Kyaaa, j'aime !!
C'est vraiment génial. Je suis pressée de lire la suite Smile

Et Emilie, ta signature est magnifique Razz
Revenir en haut Aller en bas
Emilie Weasley
Humanoid
avatar

Féminin
Nombre de messages : 33054
Age : 30
Ma localisation : Suburbia
Date d'inscription : 16/09/2007

MessageSujet: Re: [Fic E.C] Et si tout cela devenait vrai ?   17/08/10, 05:05 pm

chapitre 3 - Le Chemin de Traverse

Elle atterrit alors dans une pièce sombre, elle regarda autour d'elle et elle vit Ron. Il se pencha vers elle en lui tendant une main. Elle la prit et se releva. Debout, elle retira la poussière de ses vêtements ?

Alicia : Où sommes-nous ?
Ron : On est dans la cave du Chemin de Traverse !
Alicia : Je vois !! Les autres vont arrivés par là aussi ?
Ron : Oui !

Ils s'écartent alors de la cheminée, en effet, peu de temps après ils arrivèrent tous un par un. Fred n'avait pas eu le temps de se relever que Georges lui atterrit dessus et tomba comme une masse sur le sol. Il se mit à grogner.

Fred : La prochaine fois attends au moins une minute avant d'arriver après moi.
Georges : Excuse-moi monsieur si je suis arrivé sur toi !
Fred : C'est très gênant.
Georges : Depuis quand c'est très gênant ?
Fred : Depuis aujourd'hui !
Georges : Han je vois, monsieur veut faire bonne manière devant notre invitée.
Fred : Ne dit pas de bêtises.
Georges : Làlàlà, j'ai trouvé la faille du jour.
Fred : Maman dit-lui d'arrêter !
Molly : Georges arrête de taquiner ton frère jumeau.

Il se releva en grognant. Alicia se mit à sourire. Ah si seulement.... Elle croise les bras et les regarde.

Alicia : Si on y allait ?
Arthur : Oui !!!

Ils se mirent tous en route et montèrent les escaliers.

.....

Ils se trouvèrent en un rien de temps à l'étage qu'il souhaitait. Arthur ouvrit le rideau et laissa passer toute la famille et le referma derrière-eux lorsque tout le monde fut entrer. Il y avait un brouhaha infernal. Mais s'était comme l'avait imaginé Alicia. Malgré le bruit que les sorciers faisaient en discutant, elle adorait voir tout cela.

Arthur : Si jamais on te perd Alicia, on se retrouve ici !
Alicia : Pas de problèmes.

Ils ne restèrent finalement pas longtemps, Arthur et Molly dirent bonjour au barman, Alicia avait un trou de mémoire sur le nom du gérant des Chaudron Baveur.

Alicia : Comment se nomme déjà le gérant des Chaudron Baveur ?
Molly : Mme Rosmerta !
Alicia : Ah merci.

Ils se trouvèrent enfin dehors. Alicia était abasourdie par le décor du Chemin de Traverse. Elle se rappelait que dans les livres quelqu'un était amoureux de Rosmerta ou s'était elle qui était amoureuse d'un membre de la direction de Poudlard. Une fois que tout le monde fut présent, ils sortirent et allèrent directement vers la banque des sorciers. Alicia se sent réellement dans son élément, si elle avait pu passer toute sa vie ici elle aurait été la fille la plus heureuse du monde et puis elle aurait été capable de s'y habituer. Plus ils avancent dans la ruelle, plus elle voit la fameuse banque. C'est drôle pour cette jeune Moldu, parce que quand elle l'avait imaginé, ça l'avait fait toujours rire de la voir construite penchée. Un peu comme la tour de Pires. Les deux monuments avaient toujours été une dimension immense. En y repensant, les portes doivent faire sûrement à coup sûr presque la taille géante de Hagrid, le garde-chasse de Poudlard. Ils entrent lorsqu'ils se trouvent devant. Et c'est aussi grand qu'elle ne le pense. Des créatures s'occupent de faire le travail. Elle ne comprend pas pourquoi ils préfèrent faire travailler des créatures que des employés sorciers. Même avec toutes les explications qu'elle peut avoir.

Gobelin : Que puis-je faire pour vous ?
Arthur : Nous aimerions aller retirer des galions dans les coffres vous-savez-lesquels.
Gobelin : Très bien, est-ce que chacun de vous avez les clefs ?
Arthur : Oui attendez, je les ai.

Il prend alors un sac qu'il avait accroché à la ceinture de son pantalon et le donna au gobelin. Il descend de son bureau et ils le suivent.

.....

Le chemin est long pour aller aux coffres. Ils doivent emprunter une barque pour pouvoir s'y rendre. D'ailleurs, ça ne plait pas du tout à Alicia de monter dedans. Percy et Ron sont déjà de l'autre côté, suivit par Ginny et Molly. Alicia recule alors du quai.

Alicia : Il est hors de question que je monte dedans.
Arthur : Pourquoi ?
Alicia : Parce que... parce que je n'en ai pas envie.
Arthur : Ne faites pas l'enfant.
Alicia : Je ne fais pas l'enfant, je ne monterais pas dans cette barque.
Arthur : Vous avez peur de l'eau ?
Alicia : Nooon, je... je... n'ai pas peur de l'eau.
Fred : T'inquiète pas, si tu tombes je te rattraperais.
Alicia : Laisse tomber. Je reste ici, vous n'avez pas besoin de moi, je n'ai pas de coffre ni d'argent. Je vous attends à l'entrée.

Non seulement elle n'aime pas l'eau, mais elle n'aime pas les endroits trop sombre, pour elle s'est impensable de rester ici longtemps.

Molly : Qu'est-ce qui se passe Arthur ?
Arthur : Ne t'en fais pas on arrive.
Gobelin : Vous ne pouvez pas partir sans moi !
Fred : Je reste avec elle c'est pas grave. On fera un aller/retour avec le gobelin. En attendant que ça soit mon tour je prendrais soin d'elle.
Alicia : Je peux me garder toute seule tu sais !
Arthur : Oui, mais non. C'est d'accord Fred ! Fait bien attention à elle.
Fred : Promis !

Fred sourit et Arthur monte dans la barque. Le gobelin était en train de s'impatienter. Puis Alicia s'éloigne du bord de l'eau. Fred la regarde et la rejoint.

Alicia : Désolée si parfois je te parais un peu froide.
Fred : Non-y a pas de mal.

Il ouvre ces bras et elle le regarde quelques instants. Elle hésite à s'y jeter dedans. Mais finalement elle y succombe. Il referme alors ces bras et elle se resserre un peu plus contre lui. Son parfum l'enivre. Elle en profite un maximum, jamais elle n'aurait imaginé s'y trouver un jour. Elle s'amuse à tirer le pull de Fred. Celui-ci s'en étonne, ne s'attendant pas à avoir autant de tendresse.

Fred : Mon pull ne t'a rien fait rooo.
Alicia : Désolée, c'est une manie que j'ai chez moi quand je suis bien avec la personne.
Fred : Donc ça veut dire que malgré tout tu es bien en ma compagnie ?
Alicia : Bien sûr qu'est-ce que tu crois .
Fred : Coooool !

Il la serre un peu plus et il lui fait un bisou sur la tête. Si ce moment pouvait durer aussi longtemps qu'ils le veuillent, ils en seraient bien heureux tous les deux.

Fred : Tu as de la chance, parce que je ne donne pas mon affection à n'importe qui !
Alicia : Je sais, c'est pour ça que j'en profite.
Fred : N'en profite pas trop non plus !
Alicia : Aussi...

....

Mais leur moment de tendresse ne dure bien évidemment pas éternellement, ils doivent se séparer, car la première barque revient sur le quai où ils se trouvent. Ils se stoppent leur étreinte.

Ron : Fred est amoureux d'Alicia.
Fred : Ron tait-toi !
Ron : Non, Fred aime....
Percy : Laisse-le tranquille.
Ron : Non !
Alicia : S'était juste un câlin amicale ! Rien de plus, pas la peine de t'emporter Ron.
Ron : Tu parles.

Fred donne alors une gentille tape sur la tête de son petit frère pour qu'il arrête. Il lance un petit « Aïe » et se frotte l'endroit où il a frappé.

Molly : Fred ne tape pas ton frère.
Fred : Mais il se moque de moi !
Molly : C'est un charge de revanche, tu n'as cas pas te moquer de lui !
Ron : Bien fait !

Fred lève à nouveau la main, mais sa mère le foudroie du regard, il la baisse et grogne. Ron lui tire la langue.

Molly : Ron arrête de chercher ton frère aussi.
Ron : FFF !!!

Alicia et Fred se regardent et hausse les épaules. Ils se comprennent immédiatement. Arthur arrive peu de temps après.

Arthur : Fred va chercher tes gallions.
Fred : Ok !!

Il lui obéit de suite. Alicia ne le quitte pas du regard jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus le voir. Ron le remarque et la moldu fronce les sourcils.

Alicia : Sans commentaires ok ?
Ron : J'ai rien dis !
Molly : Qu'est-ce qui se passe encore ?
Ron : Non-rien m'man !

Elle lui fait un large sourire. Lorsque tout le monde a enfin sa monnaie sorcier, ils sortent de Gringotts. Alicia est contente de retrouver la lumière du jour. Mais ces yeux ont mit un certains temps avant de se refaire à la lumière du soleil. Molly prend la lettre où est écrit la liste des fournitures scolaires.

Molly : Bien, on doit d'abord commencer par Fleury et Botts pour les livres.
Arthur : Pas de soucis, les enfants allez-y avec votre mère. Quant à moi je vais aller avec Alicia chez Ollivander pour qu'elle choisisse sa baguette magique.
Fred : Eh, je veux y aller avec vous moi !
Arthur : D'une tu as déjà ta baguette et de deuxtu restes avec ta mère.
Fred : Mais...
Arthur : Ne discute pas !

Il grogne, il veut tellement venir avec elle et son père qu'il est déçu de ne pas pouvoir les accompagner même s'il a déjà sa propre baguette/

Molly : Bon allons-y !

Tous suivent Molly pendant qu'Alicia et Mr Weasley restent ensemble. Ils s'en vont donc en direction de la boutique de baguette magique.

....

Arthur : Alors, que savez-vous sur nitre monde ?

Alicia regarde devant elle, elle déteste cette question. Mais elle n'est pas prête de lui répondre. Du moins pas maintenant.

Alicia : En fait, je n'en sais pas plus que vous/
Arthur : Vous en êtes sûr ?
Alicia : Oui !
Arthur : Vous savez, vous pouvez tout nous dire !
Alicia : Je le sais, mais je n'ai rien à dire à propos de ça.
Arthur : Alors quand vous vous sentirez prête, faites-moi signe !
Alicia : Oui !

Ils se trouvent enfin devant la boutique de Ollivander. Ils entrent. Le gérant se trouve devant le comptoir et les accueil comme il se doit. La jeune fille le regarde de haut en bas. Il a l'ait aussi vieux en vrai. Toujours avec autant de cheveux grisâtres et de rides sur le visage. Rien de bien dérangeant pour elle.

Mr Ollivander : Bonjour Mlle Rodriguez.
Alicia : Bon... bonjour....
Mr Ollivander : J'étais impatient de vous rencontrer enfin. Bonjour Me Weasley !
Arthur : Bonjour.
Alicia : Comment ça vous êtes ravis de me rencontrer ?

Elle les regarde tous les deux un par un d'un air suspect. Comment cela se fait qu'il soit aussi impatient de la voir sachant qu'il ne la connait pas et qu'il n'a jamais entendu parlé d'elle ? Elle aurait tant voulu en savoir plus. Mais de toute façon elle sait très bien qu'elle le sera en temps et en heure. Sans plus attendre, Ollivander prit une boite où se trouve la première baguette magique qu'elle allait essayer. Pour elle, c'est un moment historique de sa vie. Elle prend alors la baguette qu'il lui tend et s'écarte. Elle fait un geste, mais des boites tombent des étagères. Ça n'est donc pas celle-là pour elle. Elle se souvient que la baguette choisit son sorcier. Donc elle retente encore une fois. Elle attrape la deuxième qu'on lui propose.
Cette fois c'est une fumée dorée qui s'échappe de la baguette magique et qui se forme autour d'elle et disparaît aussi vite qu'elle n'est apparu.

Mr Ollivander : C'est la bonne.
Alicia : Trop bien !
Arthur : Mais tu ne peux l'utiliser que à Poudlard pour le moment.
Alicia : Je dois aussi attendre ma majorité pour l'utiliser.
Mr Ollivander : Comment le sait-elle ?
Alicia : C'est qu'une question de logique.

Elle préfère passer ça pour de la logique que de montrer en effet qu'elle en sait trop sur eux. Elle n'apprenait pas grand-chose pour le moment qu'elle ne sait déjà. Mais elle se contente donc de leur dire le peu qu'elle connait pour éviter toutes questions sur l'avenir de leur monde et pour éviter de vexer Mr Weasley qui est sûrement chargé de lui expliquer tout. Mr Weasley sortit d'un sac des galions.

Arthur : Combien je vous dois ?
Mr Ollivander : 25 gallions au lieu de 35 ! Je vous fais un prix d'amis !
Arthur : Merci c'est gentil.

Ils disent au revoir au gérant et sortent. Alicia n'apprécie pas trop que ça soit eux qui lui achète toutes ces fournitures. Elle sait qu'ils n'ont pas beaucoup d'argent, ils ne sont pas non plus obligés de le faire, mais ils le font quand même pour elle, elle se sent gênée vis-à-vis de ça.

Alicia : Promis dès qu'une occasion de propose pour que je gagne une bourse, je vous rembourse petit à petit tout ce que vous m'achèterez aujourd'hui.
Arthur : ça n'est pas la peine Alicia !
Alicia : Mais ça me met mal à l'aise...
Arthur : Avec le temps ça vous passera !

Elle soupire, elle aimerait bien pouvoir faire quelque chose pour ça. Pour le moment elle n'en a pas les moyens. Elle range sa baguette magique après l'avoir tout de même admiré fièrement pendant quelques secondes.

Alicia : Vous savez, j'ai toujours rêvé d'avoir une famille de sorcier dont le père travaille en tant qu'Auror et la mère dans une boutique de vêtements pour sorciers sur le chemin de traverse et qu'on habiterais ici. Je n'ai peut-être pas cela, mais je suis contente de vous avoir comme seconde famille famille ici. Pour moi c'est en quelque sorte un rêve qui se réalise puisque je suis déjà là.

Mr Weasley se met à rougir, il est touché par ce qu'elle vient de lui annoncer. Il ne s'attendait pas à avoir de tels propos de sa part.

Arthur : Merci beaucoup ça me touche. On nous fait si peu de compliments. On est pas riche vous savez.
Alicia : Je le sais. Mais ce que j'aime chez vous c'est que vous faites ça avec le coeur, c'est en parti ça qui rend votre famille unique comparée à certaines.
Arthur : Arrêtez vous allez me faire pleurer.
Alicia : Ça n'est pas le but. Après vous avoir rencontré, je suis pressée de voir les autres élèves à Poudlard.
Arthur : Mais en attendant vous avez toute l'après-midi pour nous raconter ce que vous savez sur les Moldus.

Sur ces mots, Alicia rigole. Elle en avait oublié se détail. Mr Weasley adore les Moldus. Elle en aurait été surprise d'ailleurs qu'il ne lui pose aucune sur son monde. Celui-ci se demande alors pourquoi elle rigole.

Arthur ; Pourquoi vous rigolez ?
Alicia : Excusez-moi, c'est pas contre vous.
Arthur : Si dites-moi !
Alicia : Non, je repensais à ce qu'un ami m'avait dit quelques jours avant de venir ici.
Arthur : Ah ok ! Bon, rejoignons ma progéniture.
Alicia : Bonne idée !

Ils se mettent à leur recherche.

....

Quelques minutes plus tard alors qu'ils sont en route, Alicia s'arrête déjà devant une boutique. Elle est en admiration devant les produits de ce magasin. Arthur ne voyant plus Alicia à ces côtés, se retourne et la voit donc devant la boutique. Il retourne la rejoindre.

Alicia : J'aimerais tellement apprendre à y jouer !
Arthur : Au quidditch ?
Alicia : Oui !
Arthur : Faut voir ça avec le Capitaine de Quidditch de ta futur maison. J'espère que tu seras avec mes fils.
Alicia : Je ne souhaite que ça.
Arthur : Si tu es à Gryffondor avec mes fils, faudra que tu vois ça avec Olivier. C'est leur Capitaine.

Rien qu'à ce prénom, un frisson lui parcoure tout le corps. Elle soupire d'admiration. Elle scrute tous les objets que vend la boutique.

Alicia : Pardon si je vous fait retarder.
Arthur : Arrêtez de vous excuser tout le temps. C'est normal. Vous découvrez notre monde. On a toute l'après-midi.
Alicia : Désolée....
Arthur : J'ai dis quoi ?
Alicia : J'arrête promis.

Elle visionne une dernière fois la boutique et se tourne sur le père des jumeaux.

Alicia : On peut y aller.

Il acquiesce de la tête à sa remarque et ils s'en vont pour de bon les retrouver. Ils passent devant plusieurs boutiques, des maisons aussi habités par des sorciers. Alicia adore l'ambiance qu'il y a sur le Chemin de Traverse. C'est festif, c'est pas pareille que lorsqu'elle se promène dans les villes où elle visite avec sa famille et ça classe.

Arthur : Ah, ils sont là !!
Alicia : Où ça ?
Arthur : Chez Mme Guipure. Ils font leur robe !

Il va en direction de la boutique dite. Alicia le suit. En effet, ils sont là, on ne peut pas les rater de la vitrine, en même temps une famille de rouquin on ne peut pas les rater de loin. Ils doivent grandir tellement vite que c'est normal que chaque année ils refont leur robe. Cela doit coûter cher à force pour les parents et la famille de faire ça. Ils entrent. Le carillon de la porte se fait entendre une fois qu'ils ouvrent la porte.

Mme Guipure : Bonjour Mr Weaslet et Mlle Rodriguez.
Alicia et Arthur : Bonjour !

Décidément, tout le monde, enfin les personnes importantes sur le Chemin de Traverse la connaissent. Elle-même en est surprise. Mr Weasley le constate.

Arthur : Nous-mêmes on sait beaucoup de choses. On est des sorciers ne l'oublie pas.
Alicia : Cela n'excuse pas tout.
Arthur : On est comme vous. On sait beaucoup de choses sur vous.
Fred : Ça a été chez Ollivander ?

Fred change de conversation, ce qu'il trouve plus judicieux.

Arthur : Oui ! D'ailleurs, elle aime beaucoup le Quidditch apparemment !
Fred : Cool, on risque de bien s'entendre alors.
Mme Guipure : Fred à votre tour.
Fred : Ok j'arrive.
Alicia et le père Weasley s'assoient avec les autres et patientent. Après ça sera autour d'Alicia puisque tout le monde a sa robe déjà. Ginny n'en a pas besoin étant donné qu'elle ne rentre que l'an prochain à Poudlard. Si Alicia se rappelle bien, elle récupère une des robes de ces frères. En tout cas, Alicia est impatiente d'avoir sa robe maintenant. Après la baguette, il ne lui manque plus que ça pour être une vrai sorcière.

Molly : Tu essaieras les chapeaux que nous avons à la maison. Normalement l'un des miens devraient t'aller.
Alicia : D'accord.

Elle patiente. Elle trouve le temps long. Elle regarde Fred se faire habiller. Ça lui va bien. Ça le met en valeur. Puis elle regarde un peu la boutique, histoire de voir comment elle est. Elle est assez grande pour une boutique, avec les robes qui sont installées devant la vitrine.
Trente minutes plus tard le mannequin qui n'est autre que Fred descend du socle et se regarde dans le miroir.

Fred : C'est parfait.
Mme Guipure : Mlle Rodriguez c'est à vous !

Sans plus attendre, elle se met à la place de Fred et écarte les bras. Elle a hâte que ça se termine. Tout le monde la dévisage. Elle ne dit rien. Dès qu'une partie de la robe est cousue par les fils et les aiguilles ensorcelées, elle en frissonne. Elle se languie de s'admirer à son tour dans le miroir et de se venter cette fois d'avoir sa robe également comme tout le monde.

Alicia : Vous en avez pour longtemps ?
Molly : Alicia ne soit pas aussi impatiente et désagréable.
Alicia : Désolée. Je suis juste pressée.
Mme Guipure : Ça ne fait rien ! Il ne reste plus grand-chose à coudre.
Alicia : Cool, cool !
Georges : Qu'est-ce qu'elle est impatiente notre chère Alicia !
Fred : Aussi impatiente que nous !
Georges : C'est clair.
Molly : Alicia ne sera jamais comme vous deux !
Fred : Sympa pour nous.

Alicia se met à rire.

Mme Guipure : Ne bougez pas !
Alicia : Ok !
Mme Guipure : Sinon vous allez vous faire piquer par une de mes aiguilles.
Alicia : Je ne bouge plus.

Elle continue donc de faire la statue, le temps que la robe soit terminée. Les jumeaux continuent de se chamailler avec leur mère à son sujet.

Arthur : Vous allez arrêter oui !
Mme Guipure : Bon c'est fini !
Alicia : AAAAAAAAAAAAAH ENFIN !!

Elle saute du socle et se jette sur le miroir. On aurait dit qu'elle était une petite fille qui venait d'avoir son cadeau de Noël ou d'anniversaire, tellement elle est contente. Maintenant, elle se met à sauter.
Molly : Te voilà comme nous maintenant.
Alicia : Je peux la laisser sur moi ?
Molly : Oui, mais fais-y attention.
Alicia : D'accord ! Merci Mme Guipure.
Mme Guipure : De rien jeune demoiselle ! Tout le plaisir est pour moi.

Elle met sa cape. Mr Weasley sort son sac de galions.

Molly : Non chéri, c'est à mon tour de le lui payer.
Arthur : Tu as déjà acheté les livres ma chérie.
Molly : Et toi la baguette !
Arthur : Alors sur les deux choses que nous devons lui acheter on fait moitié/moitié !
Molly : D'accord !
Alicia : Il reste encore des choses à acheter ?
Molly : Oui, ta robe donc et ton animal !

Alicia ouvre la bouche, elle en avait oublié l'animal aussi. Elle ne peut refuser, elle en a besoin aussi. Mais elle ne sait pas quoi prendre du coup.

Alicia : Alors je vous laisse libre choix pour l'animal, je ne sais pas ce qu'il me faut.
Molly : Ok !

Les deux parents payent le montant totale de la robe d'Alicia et s'en vont prendre l'animal qu'elle doit avoir. Les enfants restent devant l'animalerie sorcière.

Percy : Tu sais, tu es chanceuse de nos parents t'achètent tout. Nous on doit se débrouiller avec nos économies.

Tout se tournent vers Percy, étonnés de sa remarque et du ton qu'il a employé.

Alicia : Je sais, je les ai remercié pour ça.
Percy : Ça n'est pas suffisant. On est pas riche et ils font beaucoup d'efforts.
Alicia : J'en ai déjà discuté avec ton père de ça Percy.
Percy : Là je ne te parle pas de mes parents, on se parle entre nous.
Fred : Percy elle en a déjà parlé avec eux c'est largement suffisant comme argument.
Percy : Arrête de la défendre sur tout Fred.
Georges : Qu'est-ce qui te prend ? Tu en profites pour piquer ta crise de jalousie quand les parents ne sont pas là ?

Alicia comprit alors la réaction de Percy. Elle aurait du s'en douter d'ailleurs que c'est à cause de ça qu'il se met soudainement à réagir ainsi. Elle le comprend tout à fait d'ailleurs.

Alicia : Laissez, je comprends la réaction de votre frère.
Percy : Je ne déteste pas, mais je ne vois pas pourquoi ils changent leurs habitudes juste parce que c'est toi. Même a Ginny ils ne font pas ça. Elle doit tout payer l'année prochaine avec l'aide des économies que les parents nous on donné sur toutes ces années.
Fred : Laisse-là tranquille !
Percy : Toi ça ne te fait rien tout ça ?
Fred : On ne peut rien y faire. Elle ne vie pas dans notre monde !
Percy : Cette excuse ne résout pas tout !
Alicia : Non ça ne fait rien les garçons. Il est compréhensible. Ne vous disputez pas pour ça !
Fred : Il y a des limites quand même ! Parfois Percy d'une tu ne sais pas te taire et de deux là tu aurais du pour une fois ne rien dire. Tout est justifié.
Percy : Comme tu veux. Mais je ne retire pas ce que je pense de ce sujet. Je suis encore libre de dire ce que je pense et c'est pas mon frère qui m'en empêchera.

Les parents Weasley arrivent au moment cruciale de la discussion. Ils s'arrêtent et se regardent froidement. Alicia ne sait pas comment réagir fasse à cela, elle comprend tout le monde, mais elle ne peut pas faire grand-chose malheureusement. Enfin le seul moyen pour elle de régler tout cela est de pouvoir bien sûr rembourser leurs parents, mais elle ne sait pas comment trouver l'argent qu'il faut pour ça. Tout sera réglé. Mais en attendant elle doit faire avec et ça la met mal à l'aise vis-à-vis de Percy. Lorsqu'ils lui montrent alors le magnifique hiboux qu'ils lui ont acheté, elle ne montre plus autant sa joie. Fred n'est pas content du tout de la voir ainsi. Il ne trouve pas ça exemplaire pour une personne qui vient d'arriver dans leur monde.

Fred : Bravo Percy tu as tout gagné.
Arthur : Qu'est-ce qu'il se passe ?
Percy : Rien de grave !
Fred : Tu parles.
Alicia : Il est magnifique, merci beaucoup en tout vas !
Molly : J'espère qu'il te plaira ! Tu n'as plus qu'à lui choisir un nom.

Alicia préfère changer de sujet, il y avait trop de tensions, déjà qu'elle ne se sent plus très bien et qu'elle se force à sourire.

Ginny : Et si on rentrait à la maison maintenant ?
Ron : Oui tout le monde à les affaires qu'il faut !
Molly : Très bien, rentrons alors.

Ils vont alors en direction du Chaudron Baveur les mains remplis d'achats pour la rentrée. Alicia aurait aimé que cette matinée se termine autrement, elle n'avait qu'une idée en tête : Rentrer au plus vite et s'enfermer dans sa chambre.

....

Ils ne mirent pas longtemps à rentrer d'ailleurs. Heureusement pour elle. Elle fut la première à passer la cheminée de la maison des Weasley, elle s'écarte laissant la place aux autres d'arriver. Fred fut le suivant. Tous ces livres s'éparpillent sur le sol à cause de son atterrissage mal interprété. Alicia l'aide à se lever et à lui donner ces livres.

Fred : Je suis désolé pour mon frère....
Alicia : Laisse tomber. Il a raison.
Fred : Ne culpabilise pas part ce qu'il vient de dire ! Il est toujours comme ça !

Alicia allait répondre, mais Georges arriva à son tour.

Alicia : Bon je vais dans ma chambre si on me cherche. Je vais ranger tout ça.
Fred : Tu veux que je t'accompagne ?
Alicia : Non ça ira ! Merci pour ta proposition.

Elle prends ces affaires scolaires et elle monte dans sa chambre sans plus attendre. Quand tout le monde est arrivé, Arthur remarque l'absence d'Alicia.

Arthur : Où est Alicia ?
Fred : Dans sa chambre.
Arthur : Je pensais qu'elle nous attendrait.
Fred : Elle a préféré ranger tranquillement ces affaires. Ce que je comprends.

Sur cette fin de phrase il avait regardé son grand frère Percy. Celui-ci détourne le regard à ce moment-là.

Arthur : Bon eh bien faites pareille. On se revoit pour le diner de ce soir.

....

Alicia passe donc toute l'après-midi dans sa chambre, Fred aura beau essayé de la convaincre de sortir, elle refuse à chaque fois. Elle a toujours trouvé une excuse pour y rester. Il s'est bien qu'elle a été vexée par ce que son frère lui avait dit sur le Chemin de Traverse. Il n'aime pas du tout ça. Il va donc voir Percy. Arrivé devant sa chambre, il frappe. Celui-ci répond et il ouvre.

Percy : Qu'est-ce que tu veux ?
Fred : Tu es content de toi j'espère.
Percy : À propos de quoi ?
Fred : Fait pas comme si tu as oublié !
Percy : Écoute je n'ai dis que ce que je pensais.
Fred : Ça on ne peut pas le nier c'est certain ! Mais tu aurais du t'en abstenir !
Percy : Non !
Fred : Va au moins t'excuser !
Percy : Non !
Fred : tu n'en fais vraiment qu'à ta tête.
Percy : Oui !
Fred : FFFF idiot.

Il sort mécontent, il n'a même pas voulu s'excuser. Il ne sait pas trop quoi faire pour arranger les choses entre eux deux même si lui aussi il comprend les deux réactions, il est perdu. D'un côté, il est tenté de se venger pour le faire de s'être mal comporté vis-à-vis de la jeune Moldu mais bon pour le moment il s'en abstiendra. Il retourne donc dans sa chambre rejoindre son jumeau.

Georges : Alors ?
Fred : Rien !
Georges : Des deux côtés ?
Fred : Oui !
Georges : J'espère que ça va s'arranger :
Fred : Moi aussi.

Ils se trouvèrent une occupation en attendant le diner.

....

Quand ce fut l'heure du diner, l'odeur se fit sentir dans toute la maison. Ginny et Ron furent les premiers à descendre alertés donc par la bonne odeur qui sortait de la cuisine. Molly du quand même appeler le reste de la famille pour qu'ils viennent descendre. Alicia est la dernière. Lorsqu'elle arrive dans le salon, Percy la foudroie des yeux. Elle baisse les siens. Décidément, il lui en veut encore. Fred soupire. Les parents Weasley ne comprennent pas ce qui se passe et pensent qu'ils ne doivent pas s'en mêler tant que ça ne dégénère pas entre eux. Molly sert tout le monde. Alicia allait pour la première manger des repas sorciers. Elle ne sait pas trop à quoi les goûts ressemblent, mais elle allait tester. Elle commence à goûter. Elle trouve cela délicieux pour un repas qu'elle ne connait pas. Et elle dit d'un ton mal à l'aise, mais sincère :

Alicia : C'est très bon. Vous cuisinez très bien !
Molly : Merci !

Le diner se contente alors que de ces simples mots. Tous gardent le silence. Fred et Percy continuent leurs regards méchants. Limite ils se tueraient du regard s'ils le pouvaient. Arthur trouve ça pesant.

Arthur : Pas trop anxieux pour demain les enfants ?
Ron : Naaaaaaaaan je suis pressé.
Percy : Moi aussi.

Le silence revient aussi vite. Ils passent au dessert. Alicia se régale malgré tout. Elle tente de faire comprendre en même temps à Fred par quelques regards que ça ne sert à rien qu'il reste fixé sur son grand frère. Mais il insiste. Il trouve ça injuste, elle s'en doute bien. Lorsqu'ils terminent le dessert, Percy se lève le premier et s'en va. Les autres suivent. Alicia en revanche reste pour aider à débarrasser.

Molly : Vous faites quoi ?
Alicia : Je vous aide à débarrasser pourquoi ?
Molly : Laissez, vous allez vous fatiguer pour rien.
Alicia : Euh d'accord...

Elle laisse donc Mme Weasley faire toute seule bien qu'elle aurait préféré l'aider. Elle monte dans sa chambre et croise Percy qui venait de la salle de bain. Il la dévisage. Elle n'aime pas trop ça façon qu'il a de la regarder.

Alicia : Écoute je...
Percy : Ça ne servira à rien de t'excuser ! De toute façon j'aurais tord alors bon. Bonne nuit.

Il se dépêche de rentrer dans sa chambre. Alicia en fait de même après. Elle voulait s'excuser quand même par respect, mais elle était mécontente qu'il refuse tout de même de son côté. Elle se met en pyjama et prépare ses affaires. Mais en y repensant, quelques larmes coulent. Elle n'aime pas les disputes. Elle aurait préféré ne pas en avoir du moins avec l'un des Weasley. Elle était dégoutée. Elle essuie ces yeux et une fois qu'elle termine de ranger, elle ferme ses valises et se couche. Elle s'endort seulement une heure plus tard sur cette fin de journée plutôt négative alors qu'elle avait bien commencé.
Revenir en haut Aller en bas
*Ondine*
Ich Bin Da
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2021
Age : 30
Ma localisation : Où le rêve devient réalité
Date d'inscription : 23/07/2007

MessageSujet: Re: [Fic E.C] Et si tout cela devenait vrai ?   17/08/10, 07:33 pm

J'adore tes suites et cette histoire, elle est prenante et je me demande ce qui va se passer!!

je demande une suite !!
Revenir en haut Aller en bas
http://pinket59@hotmail.com
x-elodiie-x
Fan kraft 483
avatar

Féminin
Nombre de messages : 507
Age : 13
Ma localisation : Wonderland
Date d'inscription : 02/01/2008

MessageSujet: Re: [Fic E.C] Et si tout cela devenait vrai ?   17/08/10, 09:10 pm

C'est vraiment génial !
J'aime beaucoup l'histoire & je suis pressée de lire la suite Smile
Donc : suite Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Emilie Weasley
Humanoid
avatar

Féminin
Nombre de messages : 33054
Age : 30
Ma localisation : Suburbia
Date d'inscription : 16/09/2007

MessageSujet: Re: [Fic E.C] Et si tout cela devenait vrai ?   18/08/10, 02:51 pm

Chapitre 4 : Poudlard Express

Un sursaut la réveille. Elle tourne la tête et regarde l'heure qui est indiquée sur le réveille. Il est 8h. Elle pousse un léger gémissement de mécontentement. Ne s'attendant pas à se réveiller ainsi et aussi tôt. Elle regarde autour d'elle. Elle a toujours la même chambre qu'elle a quand elle est dans son monde. Mais la dispute qu'elle a eu la veille avec l'un des jeunes Weasley. Malgré cela, elle tente de se rendormir avant le prochain réveille. Seulement dix minutes plus tard elle est encore en train de compter les moutons afin de retrouver le sommeil mais rien à faire. Elle décide donc de se lever et de se préparer. Elle prend ses affaires et file dans la salle de bain. Elle peu alors être sûr qu'elle n'est pas rentrée dans son monde, tout est encore bien présent comme lorsqu'elle est arrivée la veille. Donc rien a changé. À peine au milieu du couloir, une porte s'ouvre et la tête de Percy apparaît. Il est déjà habillé et apparemment beaucoup réveillé qu'elle.

Alicia : Bonjour Percy !

Malheureusement il reste muet. Elle ne cherche donc pas à lui demander plus de ça part. Il lui en veut toujours pour la discussion qu'ils avaient eu la veille ce qu'elle peut comprendre bien qu'elle aurait préféré que par respect il lui dise au moins un petit bonjour, mais rien. Dommage. Elle le regarde passer devant elle et descendre. Elle lâche un soupire et s'en va dans la salle de bain. Quelques minutes plus tard alors qu'elle sort de la douche, elle entend l'horloge familiale annoncer que c'est l'heure de se réveiller. Elle en profite pour terminer de s'habiller avant que tout le monde n'ai besoin de la salle de bain.
Fred et Georges préfèrent aller dans le salon en attendant le petit-déjeuner et tout le reste de la famille. Ils voient Percy. Ils ne lui disent pas bonjour. Il en fait alors de même.

Fred : Tu sais tu devrais t'excuser quand même pour hier.
Percy : Je n'ai aucune raison de m'excuser !
Fred : Si et tu le sais bien seulement tu es têtu comme une mule.
Percy : Comme tu veux mais ça ne changera pas mon avis sur elle pour le moment à moins qu'un miracle intervienne.
Fred : Tu es ignoble Percy !
Percy : Et toi grotesque.
Fred : Arrête ou sinon je dis à maman ce que tu as dis à Alicia !
... : Me dire quoi ?
Fred : Euh... Rien maman ! C'est un truc entre Percy et moi !
Molly : C'est bien ce qui me fait peur. Enfin...

Sans plus attendre elle se met devant la cuisine et d'un coup de baguette magique elle prépare le petit-déjeuner. Ginny et Ron arrivent à leur tour et prennent place.

Ginny : Où est Alicia ?
Percy : Dans la salle de bain !
Fred : Comment tu le sais ?
Percy : Je l'ai croisé en descendant tout à l'heure et elle prenait la direction de la salle de bain tout simplement Fred.

Sur ces mots Fred lui tire la langue et son grand frère est ennuyé par le comportement de Fred. D'ailleurs, ce ne fut que quelques minutes plus tard que la moldu les rejoigni.

Alicia : Oh vous êtes tous là ! Je ne pensais pas tous vous voir tout de suite en descendant !
Georges : Eh bien non on est là !
Fred : On était impatient de te voir.
Percy : Non toi tu étais impatient.
Fred : Tait-toi Percy.
Molly : Percy arrête !

Fred sourit, il montre alors une place libre près de lui à Alicia. Elle s'assoit. Un silence s'installe à table jusqu'à ce que la porte d'entrée s'ouvre. Tous les regards se tournent vers la porte. Ça n'est que Mr Weasley qui rentre, des dossiers pleins les bras.

Arthur : Quel travail cette nuit.
Molly : Ça c'est bien passé ?
Arthur : On a été débordé.
Molly : Installe-toi et repose-toi un peu.
Arthur : Merci ma chérie !

Il dévisage tous ces jeunes qui se trouve à table un par un.

Arthur : Alors les enfants prêts pour une nouvelle année à Poudlard ?
Fred : Et comment ! On va pouvoir encore découvrir de nouveaux passages.
Georges : Et faire de nouvelles farces !
Molly : Pas de bêtises cette année.
Fred : Mais maman...
Molly : Non !
Fred : C'est nul.
Arthur : Et toi Alicia ?
Alicia : Je suis impatiente.
Arthur : Tu as de quoi.
Alicia : Mais dommage que Ginny ne rentre que l'année prochaine !
Ginny : Ne t'en fais pas, j'aurais un jour l'honneur d'étudier avec toi dans notre futur salle commune.
Alicia : J'espère bien !

Elle fait un sourire bien qu'elle ne sait pas du tout si elle va revenir l'année prochaine quand Ginny sera en première année à l'école de sorcellerie. Elle lève la tête vers Percy et perd son sourire quand elle le voit froncer les sourcils. Fred en a plus qu'assez de son comportement. Non pas qu'il a l'habitude de le voir ainsi mais là c'est pousser un peu les choses trop loin.

Fred : Papa je pense que tu devrais dire à Percy de se calmer.

Mr Weasley est surpris par l'annonce de son fils. Il se tourne donc instantanément vers les deux concernés. Fred et Percy.

Arthur : Pourquoi ? Il n'a rien fait me semble-t-il.
Fred : Justement si !
Alicia : Fred ce n'est pas grave tu sais.
Fred : Au contraire !
Arthur : Bien qu'a-t-il fait ?
Molly : Fred j'espère que tu ne cherches pas un moyen de punir ton frère.
Fred : Pour une fois non. Demande à Alicia !

Tous se tournent vers elle. Elle se sent alors gênée. Elle remarque que Percy se mord la lèvre en regardant son assiette.

Arthur : Alicia ?

Elle reste quelques secondes sans rien dire puis lève la tête et elle se met à jouer avec sa fourchette. Malgré ce qu'il a dit elle ne peut pas se permettre de laisser Fred dire ce qu'il c'est passé entre elle et Percy tout à l'heure, elle ne veut pas qu'il se fasse punir juste à cause d'elle car d'un côté elle comprend ce qu'il ressent.

Alicia : Il ne sait rien passé. C'est juste Fred qui essaie d'embêter Percy pour lui avoir balancé une boule puante dans la chambre. Il ne voulait pas vous le dire parce qu'il souhaitait simplement se venger.
Arthur : Pourtant si s'était le cas Fred se serait déjà énervé !
Fred : Oui comment est-ce possible que je ne me sois pas énervé quand il m'a lancé cette boule puante ?
Alicia : Tout simplement parce que tu voulais t'en débarrasser au plus vite et que tu ne pouvais pas respirer cette odeur. Et Georges pourrait vous le confirmer.

Georges sentit des yeux se fixer sur lui. Ceux d'Alicia étaient beaucoup plus impressionnant que les autres. Elle attendait que celui-ci prenne la défense de Percy. Quant à celui-ci, il est surpris de voir qu'Alicia se tourne en sa faveur alors qu'elle peut très bien le descendre.

Georges : Ce que dit Alicia est vrai !
Molly : Bien, Fred excuse-toi au près de ton frère.
Fred : Jamais ! Même mon propre jumeau ne me défend pas c'est incroyable. Pourtant je n'ai même pas encore dit ce que Percy a dit à Alicia. Et s'était pas très gentille de sa part.
Molly : Arrête Fred ! Excuse-toi.
Fred : Non ! Parce qu'en plus je viens de me faire prendre pour un idiot.
Ginny : Mais tu es un idiot Fred.
Fred : Toi je te jure que....
Arthur : Ça suffit, l'affaire est close. Terminez le petit-déjeuner et on y va. Je n'ai pas envie d'arriver en retard. Et ensuite n'oubliez pas de mettre vos habits moldus.

Ils terminent donc le petit-déjeuner. Fred est dégoûté par l'aptitude que viens d'avoir Alicia. Elle l'a fait passé pour un menteur et un idiot devant toute sa famille. Percy regarde son frère avec un large sourire, heureux de ne rien avoir eu. Lorsqu'ils finirent, ils allèrent tous dans leurs chambres. Arrivé à l'étage, Fred stoppe Percy et Alicia.

Fred : Je vous remercie pour m'avoir fait passé pour un idiot et un menteur alors que je n'ai même pas eu le temps de dire ce qu'il avait dit.
Percy : Il n'y a pas de quoi et je ne retire pas ce que je lui ai dis parce que je le pense.
Fred : Tu vois Alicia, malgré l'effort que tu as fais, comment il te remercie. Mon frère n'est rien d'autre qu'un hypocrite et un égoïste.
Percy : On l'est ou on ne l'est pas ! Et si on l'est il faut l'être jusqu'au bout Fred ! N'est-ce pas ?
Fred : Espèce de scroutt à pétard.

Et il s'en va dans sa chambre. Percy se tourne vers Alicia.

Percy : Merci quand même de m'avoir aidé mais je pouvais le faire tout seul.
Alicia : Si tu le dis. En attendant j'espère qu'un jour tu me pardonneras d'avoir intterrompu votre quotidien.
Percy : Ne t'en fais pas, bien que ce jour-là pour le moment n'est pas près d'arriver.

Sur ces mots il se retire et laisse Alicia seule dans le couloir de l'étage. Elle soupire et s'enferme dans sa chambre jusqu'à ce que ça soit le moment de se rendre au Poudlard Express. Elle est un peu dégoûtée qu'il ne s'excuse pas quand même malgré qu'elle l'est aidé. La prochaine fois elle saura que ça ne servira à rien de l'aider vu qu'il sait très bien se défendre seul.

........

Molly : LES ENFANTS ON Y VA !!!

Sans plus attendre, ils mirent leur vêtements moldus et descendirent rejoindre les parents en bas. Les parents sourirent.

Arthur : Vous êtes tous très élégants. Bien allons-y !
Alicia : Mais comment est-ce qu'on y va ?
Arthur : En voiture.
Alicia : Cool !

Ils sortent de la maison, trois voitures se tiennent devant l'entrée principale de la maison. Alicia est impressionnée de les voir enfin en vrai.

Arthur : Ce sont les voitures du Ministère de la Magie. Nous avions pensé que ça te ferait plaisir de monter dans l'une d'elles.
Alicia : Et comment....
Arthur : Alors allons-y !

Mr Weasley dit bonjour à ces collègues de travail et ils montent chacun dans une voiture.

Alicia : Fred tu montes avec moi ?
Fred : Non, monte avec Percy !
Alicia : Euh ok !

Elle hausse les épaules et monte donc avec Percy et Ginny. Ron est avec ces parents. Et Fred et Georges sont ensembles. Ils se mettent en route. Le trajet est long alors les passagers s'occupent comme ils peuvent pour faire passer le temps. Quand ils arrivent enfin devant la gare Alicia était contente.

Alicia : Mais c'est celle de King Cross.
Ginny : En effet ! Elle est jolie comme gare hein !
Alicia : Elle est magnifique. Je ne l'avais jamais vu d'aussi près jusqu'à maintenant.
Ginny : Eh bien voilà un de tes rêves exaucé.
Alicia : Ça tu l'as dis !
Percy : Bon descendons !

Percy fut le premier à descendre. Les autres firent la même chose. Alicia était impressionnée par l'architecture de cette gare qui se trouve finalement dans son monde. Elle passait du monde des sorciers aux moldus à celui des moldus aux sorciers. Elle découvre donc pratiquement tous les moyens d'accéder au monde des sorciers dans lequel elle allait y passer un bon moment.
Arthur : Bien, maintenant allons chercher des chariots pour les bagages.
Alicia : Pourquoi ne pas les faire voler ?
Arthur : Parce que les moldus pourraient nous voir et on ne doit pas montrer notre existence.
Alicia : Ah oui c'est vrai.
Arthur : Allez, c'est parti pour les chariots.

...

Ils prirent tous un chariot chacun et mirent leurs valises dessus. Leurs animaux faisaient un bruit incroyable ce qui les faisaient tout de même remarquer par les gens normaux. Ils ont beau essayer de ne pas se faire voir, il n'y a rien à faire. Ils entrent dans la gare. Alicia est émerveillée, même en tant que moldu elle n'a jamais pu aller dans cette gare et pour une première fois, elle adorait. Bien qu'elle se doutait de comment elle était, en vrai s'était bien mieux. Si elle pouvait immortaliser ce moment, elle l'aurait fait mais malheureusement elle n'a rien pour le faire. Elle se promet alors que si elle retourne chez elle, elle ira beaucoup plus longtemps que quelques minutes. Alicia pousse son chariot jusqu'à ce que Mr Weasley s'arrête devant un mur.

Arthur : Voilà donc la voie 9 ¾ ! Un conseil, ça ne sert à rien de demander à un chef de gare, si tu reviens l'an prochain. Il te prendra pour une folle.
Alicia : Ok, je m'en souviendrais !
Arthur : Bien. Percy vas-y.

Percy passe le premier. Il prend de l'élan et il traverse le mur avec son chariot. Alicia est stupéfaite.

Molly : Alicia à toi !
... : Excusez-moi... Excusez-moi !!!

On se tourne tous vers la personne qui venait de les interrompre. S'était un garçon aux cheveux ébouriffés, des yeux verts, des lunettes rondes, des vêtements trop grands pour lui et une cicatrice sur le front à droite. « - Une cicatrice ? » pense Alicia. Elle secoue la tête, pensant rêvé par la description détaillé que venait de faire ces yeux. Ça ne peut pas être lui. Il n'est pas devant elle. Il est si petit par rapport à la dernière fois qu'elle l'a vu en film.

Molly : Oui qui y a -t-il ?
... : Vous savez comment on... on...
Molly : Comment on entre à la voie 9 ¾ ?

Il fait un signe de tête positif. Il aimerait lui aussi savoir comment il fait pour se rendre au même lieu qu'eux.

Molly : Mon fils Ron rentre aussi en première année à Poudlard. Je suppose que toi aussi ?
... : Oui !
Molly : Fred, Georges allez-y les premiers.
Fred : C'est pas moi Fred ! Moi c'est Georges.
Molly : Oh excuse-moi Georges.

Fit-elle désolée de s'être trompée. Fred se mit en face du mur et se prépare à foncer dessus.

Fred : Je plaisantais, Fred c'est moi !
Alicia : Quel blagueur ce Fred.

Molly grogne, elle déteste quand ces fils font semblant de s'échanger de prénom alors qu'elle sait très bien qui est qui. Tandis qu'Alicia en rigole. Lorsque Fred et Georges passent, le petit garçon les regardent surpris. Il ne s'attendait surement pas à cela et pensait surement qu'ils allaient s'y rendre autrement.

Molly : Alors tu vois, ce n'est pas si compliqué que cela, en fait c'est très simple. Tout ce que tu as à faire c'est de foncer droit vers le mur. Si tu as peur le mieux pour toi c'est d'aller vite.
... : D'accord !
Molly : Allez vas-y mon garçon.

Il fait la même chose que les jumeaux. Et il fonce droit dans le mur à son tour. Il ne reste donc plus que Ginny, Ron, Molly, Arthur et elle.

Molly : Arthur, passe avec Alicia et Ron !
Arthur : Pas de problèmes ! Suivez-moi les enfants. Alicia passe en première.
Alicia : Ok !

Les choses sérieuses reprenaient donc, bien qu'elle ne savait pas si le petit garçon qu'elle venait de voir était celui auquel elle pensait. Mais de toute façon elle le saura bientôt. Elle fonce donc vers le mur tout en prenant de l'élan et en quelques secondes, elle se retrouve dans une autre gare beaucoup plus ancienne et plus rempli que celle de King Cross. Tous étaient vêtus de vêtements sorciers avec leur chapeau pointu et peu de personnes se trouvaient habillés comme elle. Ron, Ginny et Molly les rattrapent.

Molly : Bienvenue chez toi Alicia.

Elle fait un large sourire, heureuse d'entendre Mme Weasley lui annoncer cette phrase. Même si ça n'était pas pour longtemps son séjour à Poudlard, il était sur qu'elle était heureuse d'être maintenant chez les sorciers. Ça allait être sa deuxième maison.

Ron : Bon, je vais me trouver un compartiment.
Alicia : Quant à moi je vais déposer mes affaires et je reviens vous dire au revoir.

Ils acceptent la remarque des deux enfants et ils les laissent se débrouiller en attendant leur retour. La jeune fille tente alors de monter en vin. Les valises étaient trop lourdes pour elle.

... : un coup de main Alicia ?
Alicia : Ca ne serait pas de refus stp Fred. Mais il faut que je trouve un compartiment?
Fred : Viens avec nous, on t'a gardé une place.
Alicia : Il y a que toi et Georges ?
Fred : Non, il y a Olivier, un ami à nous et une amie à Olivier. Dont je ne connais pas le prénom parce que je ne l'ai jamais vu à Poudlard.
Alicia : Olivier ?
Fred : Olivier Dubois.

Le prénom prononcé, la valise tombe sur le sol.

Fred : Qu'est-ce qu'il y a ?
Alicia : Non ne t'en fais pas.
Fred : J'espère.

Il l'aide à monter les valises.

....

Ils arrivent devant le compartiment où ils se sont installer. Alicia respire un bon coup alors que Fred pose la main sur la poignet de la porte.

Fred : Tu es sur que ça va aller ?
Alicia : Oui.

Il ouvre la port et rentre la première valise.

Fred : Georges aide-moi.

Celui-ci se hâte pour l'aider. Une fois les valises installées, Alicia entre à son tour et reste bouche-bée.

Fred : C'est une manie chez toi d'être surprise comme ça ?
... : Bien je pense savoir aussi pourquoi elle l'est, je la connais bien.
Fred : Comment cela tu l'as connais ?
... : Bien sur, on se connait depuis trois ans.
Alicia : Franchement, si je m'attendais à ça. Séverine je ne savais pas que toi aussi...
Séverine : Eh bien je peux te retourner ta constatation.
Alicia : Et tu es arrivée quand ?
Séverine : Hier.
Alicia : En même temps que moi alors. Et tu vis chez qui ?
Séverine : Chez celui que tu préfères.

Tout le monde la regarde et c'est la confusion totale face à ce qu'elles racontent. Alicia se sent gênée au fond et fronce les sourcils à son amie pour lui faire comprendre qu'elle ne doit pas le lui faire remarquer. Même si ça lui fait plaisir de savoir que sa meilleure amie est hébergé par ce fameux gardien et capitaine de l'équipe de Quidditch des Gryffondor.

Fred : Vaut mieux pas chercher à comprendre.
... : Ce que c'est compliqué une fille !
Fred : Parle pour toi Olivier. Moi j'en ai 3 à la maison.
Olivier : Deux me suffisent largement pour le moment je pense !
Séverine : On est pas non plus des filles énervantes. Promis on va se faire toute petite et discrète.
Olivier : Pourquoi ? Si vous faites ça vous allez vous faire avoir par les Serpentard.
Fred : A ce propos Olivier tu penses qu'elles vont toutes les deux être à Gryffondor ?
Olivier : Je ne sais pas, je le souhaite pour elle. Mais si l'une d'elle se retrouve chez les verts et argents c'est foutu.
Séverine : C'est si grave que ça si on y est .
Alicia : Sev tu oses demander ça ?
Séverine : on ne sait jamais.
Olivier : Oui, et si vous y êtes et que vous devenez ami en plus avec Flint c'est la fin pour nous cinq. Vous pouvez nous dire adieu.
Alicia : Pour me dire adieu ils vous en faudra plus que ça !
Olivier : Alors faites en sorte d'atterrir chez nous.
Fred : Après on ne peu pas leur en vouloir si le Choixpeau en décide autrement Olivier.
Georges : Moi peu importe, Alicia sera toujours ma nouvelle amie.
Fred : Mon jumeau tu fraterniseras avec l'ennemi ?
Georges : Oui parce que dans tous les cas ce ne sont pas des ennemis.
Fred : Peut-être que tu as raison !
Alicia : Bien sur qu'il a raison.

La conversation ce clore sur cette phrase. Ils s'occupent pendant le restant du trajet qu'il y a à faire. Ils en profitent en même temps pour se goinfrer de bonbons sorciers ce qui fait bien évidemment plaisir à notre Alicia qui rêvait jusque-là d'en manger.
Revenir en haut Aller en bas
x-elodiie-x
Fan kraft 483
avatar

Féminin
Nombre de messages : 507
Age : 13
Ma localisation : Wonderland
Date d'inscription : 02/01/2008

MessageSujet: Re: [Fic E.C] Et si tout cela devenait vrai ?   28/10/10, 07:40 pm

Nom d'un raton laveur, j'avais pas vu que tu avais mis une suite O.O
Je l'ai lu et franchement, j'ai adoré & je me demande ce qu'il va se passer !!!!!
Sinon, je suis contente qu'Olivier fasse partit de ta fiction !! J'aime beaucoup ce personnage !!
Bien entendu, je réclame une suite Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Fic E.C] Et si tout cela devenait vrai ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Fic E.C] Et si tout cela devenait vrai ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Page Orange :: Entre fans :: Fanfictions & OS :: Ecrits Hors TH-
Sauter vers: